Le premier ouvrage interactif pour instruire les Apprentis… avant qu’ils ne deviennent des Maîtres incultes

Get Adobe Flash player

Publicité : découvrez nos partenaires ci-dessous


La Lumière


Il est difficile de ne pas faire le parallèle entre le travail précédent, celui du Silence, qui s’oppose aux vibrations du bruit, avec ce thème de la Lumière qui s’oppose aux Ténèbres. Il va sans dire que nous ne traiterons pas d’électricité ou de lumen[1]. Cette Lumière dont il est question est uniquement symbolique. Il s’agit exclusivement de celle que nous avons reçue le jour de notre Initiation. Le Bandeau est alors tombé et nos yeux ont senti la Lumière. Je dis bien « senti », car la Lumière initiatique n’est absolument pas visible. Elle doit nous toucher et nous faire sentir le principe créateur de l’Unité. Nous devons bien comprendre que si cette fameuse Lumière devait être une simple perception de nos yeux, les aveugles seraient interdits en Loge. Or je crois très fermement que ces derniers perçoivent la Lumière plus intensément que les voyants. La raison vient du fait qu’étant privés d’un sens, qui nous induit souvent en erreur, ils ont compensé par une perception vibratoire supplémentaire et accrue. Nous allons développer plus en détail ce thème de la dualité entre l’unité et la division.

La Bible nous dit au Livre 1 de la Genèse : « Au commencement, Dieu créa le ciel et la terre. La terre était informe et vide, les ténèbres étaient au-dessus de l’abîme et le souffle de Dieu planait au-dessus des eaux. Dieu dit: «Que la lumière soit.» Et la lumière fut. Dieu vit que la lumière était bonne, et Dieu sépara la lumière des ténèbres. Dieu appela la lumière «jour», il appela les ténèbres «nuit». Il y eut un soir, il y eut un matin: ce fut le premier jour. »

Ce récit symbolique nous parle de dualité et de création. Que disent pratiquement tous les Rituels maçonniques, avec des mots parfois différents, à la question : « Pourquoi vous êtes-vous fait recevoir Maçon ? »

Réponse : « Parce que j’étais dans les ténèbres et que j’ai désiré la Lumière »

Il faut surtout bien saisir que le maçon part des Ténèbres pour se rendre vers la Lumière. En d’autres mots, il vient d’un espace divisé (le diabolo) pour se rendre, par son travail et sa volonté, vers la Lumière, c'est-à-dire vers un espace d’Unité. On pourrait aisément comparer ce principe à celui qui doit commencer à vous être familier, celui du « sumbolon », celui que vous avez lu au chapitre des Symboles. Vous vous souvenez évidement de cette phrase : « Rassembler ce qui est épars ». C’est précisément le rôle de la Lumière. Elle concentre et rassemble pour pouvoir ensuite diffuser par son rayonnement. Cette Lumière en question est hautement vibratoire[2]. Relisez attentivement votre Rituel, il est mentionné : « La vraie Lumière était celle qui éclaire tout homme venant en ce monde ». Si notre Rituel conçoit qu’il existe une vraie Lumière, c’est en opposition à une autre, moins authentique. Nous pouvons très certainement envisager que la moins forte des deux soit celle perçue par les yeux. En revanche, la « vraie » est la Lumière vibratoire et créatrice. Cette Lumière est celle des origines de notre Univers, c’est en ce sens qu’elle est sacrée. Antoine de Saint-Exupéry l’a écrit avec brio : « On ne voit bien qu’avec le cœur. L’essentiel est invisible pour les yeux. »

J’aimerais maintenant attirer votre attention sur la notion de « Vérité » dont nous parlons souvent dans nos Rituels. Prenons par exemple cette phrase issue du Rite Écossais Ancien et Accepté : « Demandez et l'on vous donnera (La Lumière) ; cherchez et vous trouverez (La Vérité) ; frappez et l'on vous ouvrira (La Porte du Temple). » La Vérité que nous devons chercher n’est évidemment pas un mystère extérieur. Dans un précédent ouvrage[3], j’avais écrit la chose suivante : « Chez les Grecs, Vérité se dit « Alètheia ». Ce concept hellénique traduit l’idée de lever le voile sur ce que nous avons oublié. Cette idée est très importante, car elle rappelle que ce que nous cherchons en maçonnerie n’est pas au dehors, mais bien au-dedans. Il suffit de lever le voile. Il en est de même avec la Lumière. Cette Lumière n’est, certes pas, celle des yeux, mais beaucoup plus subtile. » Vous commencez très certainement à mieux percevoir le lien qui existe entre la vibration et la création. Nous ne sommes plus dans le monde des apparences ou des illusions, mais bien dans celui du ressenti et du vécu. Bienvenue sur terre, ce lieu d’expérimentation et de rectification de la matière ! Comme le dit avec beaucoup de malice l’alchimiste contemporain Patrick Burensteinas, lors de ses conférences sur le langage des oiseaux[4] : « La matière, « l’amas tiers », ou « l’âme à tiers » : c’est un tiers d’âme et deux tiers d’autre chose. »

Cette approche pose aussi la question de la différence qui peut exister entre le rayonnement de la Lumière et la vibration reçue sur votre crâne grâce à l’Épée Flamboyante du Vénérable Maître, lors de votre Initiation. Les deux actes sont à mettre en lien avec cette phrase que nous avons étudiée dans le travail précédant : « Au commencement était le Verbe et le Verbe était avec Dieu et le Verbe était Dieu… »

L'univers est sans doute l'exemple absolu que l'Un est Tout et vice versa. L'Univers est dual : onde-particule. La matière se manifeste à la fois par des particules et par des ondes. Tout comme l’espace et le temps, ou l’énergie et la masse, les particules et les ondes sont les deux faces d’une même médaille. La mission du Franc-maçon consiste à le sentir pleinement afin d’en faire l’union. Chaque maçon est un grain de sable à l’échelle de l’Univers. Il n’a pas le pouvoir de changer grand-chose. En revanche, il lui est possible de travailler sur son unification personnelle. Par unification, nous pouvons aussi entendre alignement ou rectification, dans le sens de mise en Rectitude. Il s’agit d’une mise en harmonie comme un instrument de musique qui s’accorderait avec un grand orchestre Universel. En jargon électronique on appelle cela syntoniser, c'est-à-dire aligner un émetteur et un récepteur sur la même fréquence. Ce concept me fait souvent penser à la notion, que nous retrouvons dans les trois grandes religions, du « Amen » ou de son synonyme « Ainsi soit-il » Notre mental voudrait influencer et transformer (changer la forme) le cours des choses extérieures, alors qu’en réalité, il suffit de se mettre en harmonie avec ce monde. Lorsque nous y arrivons, les choses nous semblent alors en paix. Il n’est point question de supplier un Être Suprême pour implorer sa clémence, mais juste de faire la paix dans son cœur afin de comprendre que l’Univers ne complote pas contre la race humaine. Le contraire est cependant moins évident à prouver !

L’univers est bercé par le rythme du cosmos. Rythme des électrons autour du noyau, rythme du mouvement des molécules, rythme de la course des planètes. Toutes les nuits d'été, des milliers de Lucioles se mettent à virevolter dans les forêts du Japon, émettant une même lumière en même temps, obéissant à un synchronisme secret. A chaque instant au fond de notre corps, les flux électriques pulsent dans chaque organe au rythme de symphonies silencieuses, dont la mesure est battue par des milliers de cellules invisibles. Chaque mois, lorsque plusieurs femmes restent longtemps ensemble, leurs cycles menstruels se synchronisent de manière inexplicable, comme les spermatozoïdes remuent leur queue en même temps et dans la même direction en une mystérieuse chorégraphie. Pour les Hindouistes, la synchronie est naturelle parce que la vie pulse au rythme des battements de la danse de Shiva.

La matière inerte n’y échappe pas. Ainsi, les pendules de deux horloges placées l'une à côté de l'autre, finissent par oscillaient en même temps[5]. Même si l'une des deux est arrêtée volontairement afin de les désynchroniser, au bout d'un moment, les horloges se remettaient à battre au même rythme. Même chose pour les moteurs de deux générateurs, même démarrés à des moments différents.

Lisez la suite et terminez votre instruction : Suite dans le manuel 

Note : tous les textes de ce site sont sous copyright. Toute reproduction est interdite sans autorisation.

[1] Unité dérivée du système International du flux lumineux

[2] En réalité, les deux lumières en question sont vibratoires. Newton a démontré au XVIIème siècle que la lumière était corpusculaire, les travaux de Léon Foucault au XIXème siècle ont prouvé qu'elle était en même temps une onde ! Il s'agit de la dualité onde-particule à l'origine de la mécanique quantique.

[3] « Manuel de survie pour Apprenti maçon voulant démissionner » (2014). (Editions L’O.L.)

[4] Langue secrète qui consiste à décoder par un sens différent, les mots ou les phrases courantes. Il s'agit parfois d’un jeu de sonorité ou de fragmentation des mots. Très utilisé par les occultistes, les alchimistes, les poètes hermétiques ou plus récemment par les thérapeutes.

[5] Observations dues à Christiaan Huygens, né le 14 avril 1629 à La Haye et mort le 8 juillet 1695 dans la même ville. Mathématicien, astronome et physicien néerlandais. Il est le fils de Constantin Huygens.