2 livres pour instruire les App∴ et les Comp∴

Le Tapis de Loge

Voyons déjà la forme de ce Tapis de Loge du REAA :

Il ne faut pas confondre le Tableau de Loge avec le Tapis de Loge, bien qu’il soit, lui aussi, souvent appelé Tableau de Loge. Le mot « Tableau de Loge » est employé pour désigner la liste des membres d’un Atelier (on parle d’état J ou de rôle de la Loge). Dans la logique des choses, il paraît évident que le Tableau de Loge s'apparente plus à une actualisation annuelle des membres d'une association, on parle alors d’étagie.

Au Rite Français, lorsqu’on aura un Tapis, car ce n’est pas toujours le cas, on dessinera sur ce Tapis, tous les objets du grade d’Apprenti : on y ajoute ensuite dans la partie supérieure et au milieu, l’Étoile flamboyante ; mais on ne la dévoile qu’après la sortie des Apprentis. On place près de la colonne du Premier Surveillant, un maillet, un ciseau, un compas, une règle, une pince levier, et une équerre. On dessine l’Étoile flamboyante, avec un G au milieu. Puis on éclaire la colonne du Midi afin de laisser apparaître un B, en transparent, ainsi que l’Étoile flamboyante qui doit être au plafond de la Loge, au milieu d’un ciel parsemé d’étoiles, si cela est praticable, sinon au-dessus du Vénérable au-dessous, ou au-dessus du dais.

 

Certains y voient la Divine projection (terminologie employée par les opératifs). Les spéculatifs en ont fait une Divine perpendiculaire par ignorance de ces perspectives que les opératifs, très catholiques, assimilaient à la lumière Divine. Ce n'est en rien un outil, mais le fait de terminer cette perpendiculaire par une étoile, en dehors du point de fuite.

REAA. Des modifications sont apportées à celui du premier degré : 5 marches au lieu de trois, l’Étoile flamboyante remplace le delta, l’équerre et le compas sont entrecroisés, les sphères des colonnes ne sont plus des grenades mais une sphère terrestre et une céleste. De nouveaux outils figurent sur le Tapis de Loge, un levier et une règle, un épi de blé et une truelle pour les rites qui l’utilisent au 5e voyage de l’augmentation de salaire, la pierre cubique (parfois une pierre cubique sub ascia).

Aujourd’hui, il est un Tapis représentant les éléments symboliques les plus importants du degré pratiqué dans la Loge. Les éléments qui composent le tableau forment autant de plans superposés :

·         Un plan spatial et cosmologique ;

·         Un plan architectural ;

·         Un plan opératif (matériaux, outils, connaissances utiles à l'art de bâtir) ;

·         Un plan religieux (le cordon aux deux lacs d'amour d'origine chrétienne) ;

·         Un plan d’Ars memorandi [1].

Par le Tapis de Loge et par la taille de sa pierre, le Franc-maçon affirme son intention de s’unir à la totalité en reproduisant pour lui-même (dimension éthique) et pour le monde visible et invisible (dimension métaphysique) une analogie symbolique. « Ce Tableau architecturé, centré, éclairé et ordonné est un réceptacle qui permet d’appréhender une méthodologie, un paradigme et les fameuses lois de correspondances si chères aux Maçons-symbolistes, aux hermétistes et aux métaphysiciens. Il suggère une spiritualité construite agissante, car la fonction de la loge est d’éveiller sur les trois plans, physique mental et spirituel des Maçons qui tailleront leur pierre et bâtiront un Temple pour la Lumière ! »

Le Tapis de Loge est déposé au sol. À un moment donné du rituel, il est déroulé (matière souple) ou découvert (panneau rigide), dans certains rites, au début de la cérémonie et replié ou retourné à la fin. Il est parfois dessiné en début de tenue, puis effacé, parfois il est construit avec les outils qu’il est censé évoquer.

L’ensemble combiné donne une incorporation du symbole par le geste du grade, par ses pas, ses signes, postures et circulations. Les éléments graphiques du Tapis font allusion à quatre bipolarisations :

·         La relation entre le plan terrestre et le ciel génère la vie sous l’égide de la Lumière (les cycles cosmogoniques, Lune-Soleil, colonnes solsticiales) dont la Loge est témoin ;

·         La relation entre la matière transformée et l’esprit produit une pierre cubique ;

·         La relation entre outils, instruments et l’œuvre à accomplir enfante la réalisation de soi face à l’être encore épars ;

·         La séparation de l’espace sacré et ordonné (murailles du temple, porte) du monde profane désordonné qui réalise :

1-      sur le plan horizontal l’union des Frères et Sœurs (corde à nœuds, houppe dentelée, grenades) en opposition au monde profane sans filiation,

2-       dans l'axe vertical la relation au divin, transcendance, spiritualité… (temple, maison du divin), en opposition au monde conflictuel et désenchanté.

·         Il faut « tirer l’élévation du plan » du Tapis pour en saisir les différentes composantes et voyager dans les espaces symboliques. Le monde céleste est couvert de la voûte étoilée, et le monde souterrain est accessible via la tombe ou une trappe placée sous le Tapis de Loge, ou au moyen d’escaliers associés à d’autres temples dans les Hauts Grades.


Lisez la suite et terminez votre instruction : Suite dans le manuel 

[1] Ars memorandi - titre complet : Ars memorandi notabilis per figuras evangelistarum, ou l'art de se souvenir en utilisant les évangélistes.